Retour sur l’état de la désinformation sur le COVID-19 au Canada.

Dressons donc un bref portrait du paysage de la désinformation au Canada.

9 canadiens sur 10 touchés par la désinformation

L’infodémie, virus des médias sociaux

Loin d’être confinées au Canada, ces statistiques illustrent un problème d’ampleur mondiale, que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a nommé l’infodémie, ou la pandémie de la désinformation. L’infodemie, c’est une « sur-abondance d’informations — certaines exactes et d’autres non — qui rend la tâche difficile à la population pour trouver des sources et conseils fiables en temps de besoin ». Le problème, c’est que les fausses informations se propagent beaucoup plus rapidement que les informations véridiques, et atteignent une plus large audience. Selon une étude parue en 2018 dans Science, ce phénomène est observé dans tous les domaines d’information, qu’il s’agisse de politique, de légendes d’urbaines, de commerce, de terrorisme et de guerre, de sciences et de technologie, de divertissement ou de catastrophes naturelles. Une telle propagation est en partie due à l’un des principaux milieux qui permettent sa diffusion: les médias sociaux. Pendant la pandémie de COVID-19, 85% de la désinformation s’est répandue par le biais des médias sociaux, sur lesquels sont actifs 83% des Canadiens, l’une des populations les plus connectées du monde.

Le Canada fait passer #LaSciencedAbord

De nombreuses initiatives ont été mises en place pour lutter contre la désinformation en ligne, à retrouver ici, comme #LaSciencedAbord, un effort d’échelle nationale lancé fin janvier 2021 par le sénateur Stan Kutcher de Nouvelle-Écosse, le professeur Timothy Caulfield et leur équipe. En partenariat avec l’Association canadienne des centres de sciences (ACCS), Ressources COVID-19 Canada, l’Institut du Droit de la Santé de l’Université d’Alberta, et financé par l’Agence de la santé publique du Canada, ce collectif scientifique indépendant de chercheurs, experts et communicateurs à travers le Canada travaille à rendre accessibles à tous les données scientifiques les plus récentes sur divers aspects de la pandémie, notamment les vaccins, le virus lui-même et les mesures gouvernementales. Leur contenu vulgarisateur, créatif, et bilingue est à retrouver, et surtout partager, sur plusieurs plateformes comme Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn, Tiktok et Youtube, ainsi que sur leur site internet. Las Science d’Abord a également présenté un panel sur les outils et stratégies innovants pour démystifier la désinformation sur la COVID-19 dans le cadre de la 13ème Conférence sur les politiques scientifiques canadiennes centrée sur le thème “Bâtir un Avenir Meilleur” en 2021, qui peut être consulté ici.

©#LaSciencedAbord lutte contre la désinformation

Faire la distinction entre les faits et les opinions, être conscient de ses propres biais cognitifs, analyser soigneusement le contenu, l’endroit où il a été publié et par qui, et diversifier les sources sont autant d’excellents moyens de briser le cycle de la désinformation, qui nous touche tous, en ligne ou hors ligne.

--

--

A student-run non-profit that works to foster the student voice in science policy and evidence-informed policy-making in Canada. Based in Montreal.

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
Science & Policy Exchange

Science & Policy Exchange

24 Followers

A student-run non-profit that works to foster the student voice in science policy and evidence-informed policy-making in Canada. Based in Montreal.